Emna Khrouf: “Il faut autoriser le travail des compétences étrangères dans notre pays”
La diaspora tunisienne consolide l’économie nationale

Article paru sur Lapresse le 09/12/2020

Ils sont presque une centaine de milliers de jeunes talents qui sont partis, depuis une dizaine d’années,  à l’étranger pour faire carrière et saisir de nouvelles  opportunités. Une fois éclos, ces talents, avec leurs savoirs et leurs expériences acquises, constituent une richesse intarissable pour leur pays natal. Revers de la médaille, la Tunisie fait face à un tarissement de compétences et les ponts avec cette diaspora sont très peu développés.  Pourquoi ces talents quittent-ils le pays ?  Peut-on les retenir ? Par quels moyens? Comment faire face à cette hémorragie de compétences? Mme Emna Khrouf, présidente de l’Atuge, nous répond.

Selon les statistiques officielles, plus de 95 mille compétences ont quitté le pays depuis 2011. Par quoi peut-on expliquer cet exode massif des talents tunisiens ?

C’est une tendance mondiale. Il y a une mobilité de talents dans le monde et le Covid a montré qu’on est, de toute façon,  un petit monde. Les talents tunisiens sont recherchés parce qu’on a une compétence reconnue dans des domaines de pointe comme les technologies ou la santé. La formation tunisienne est une formation de qualité. Aussi,

Lire la suite suite ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *